Actualités

Retour sur la soirée Club des entrepreneurs du 28 novembre          

 

Le Club des Entrepreneurs s’est déroulé le 28 novembre 2022 dans l’amphithéâtre Jean Fourastier au CNAM rue Saint Martin Paris. La soirée a été coanimée par Sylvie Vidal coprésidente de lIMAA et Jean-Marie Esteve administrateur Ingénieurs DPE. Cinq pitchs étaient au programme sous le vocable :

 

« ENTREPRENDRE DANS UN ENVIRONNEMENT COMPLEXE »

 

1  - Après la présentation générale du déroulée de la soirée, le micro a été proposé au premier intervenant Ugo Rabenjamina qui a témoigné sur son double engagement de startupper et de doctorant. 

 

jean-Marie Estève - Ugo Rabenjamina Club des entrepreneurs 281122« La première barrière du primo entrepreneur est d’abord psychologique, elle est liée au mythe de l’entrepreneur visionnaire qui porte une idée révolutionnaire. Or ce qui compte n’est pas l’idée en soi, ce qui est déterminant dans la réussite d’un projet entrepreneurial c’est l’exécution de l’idée et la manière dont on pilote les résultats. 

 

Une approche alternative est pourtant envisageable dans la création d’entreprises, c’est l’approche systémique et écosystémique. Cette approche permet de démystifier la vision héroïque de l’entrepreneuriat qui incite trop les porteurs de projet à se focaliser sur le fait de trouver la bonne idée. Selon cette approche, créer une entreprise c’est mobiliser un réseau de savoir-faire, un réseau de financement, un réseau d’innovateurs et organiser le tout de manière méthodique. L’entrepreneuriat n’est alors plus centré sur l’idée mais sur le process. 

 

Le concept d’écosystème est un emprunt à la biologie. En biologie, un écosystème est constitué d’un habitat, des habitants et des interrelations. C’est un lieu de bénéfice réciproque qui a pour fonction de maximiser les chances de survie de ses habitants. Transposé à l’entrepreneuriat, l’écosystème est pertinent en ce qu’elle augmente les chances de survie de la startup, réduit ses zones d’incertitudes, et peut même la propulser. Cependant, pour mettre à profit son écosystème, il est important de bien connaitre son business model afin d’anticiper ses besoins pour ensuite faire un travail d’identification d’acteurs qui peuvent avoir des intérêts communs ou convergents.

 

Au final, l’entrepreneur doit porter autant d’importance à la constitution et l’animation de son écosystème que le développement de son produit ou service. »

 

 

2   - Keila Crouzel a présenté HAPY AGENCE sur le thème : Quelle expertise pour échanger avec l’Amérique Latine.  « Juntos iremos lejos ».

 

keila crouzel club des entrepreneurs 281122 2Il s’agit d’une agence des services commerciaux à l’international, crée par Keila, entre la France et l’Amérique Latine devenue également organisme de formation certifié. La France est présente culturellement en Amérique Latine :

 

L’Alliance Française a 74 établissements répartis dans 52 villes brésiliennes par exemple. C'est un marché sous-exploité : un pouvoir d’achat élevé dans les classes supérieures, 520 000 millionnaires en dollars en Amérique Latine.

 

Les expertises sur la connaissance du marché, la gestion de la multiculturalité apportés par Hapy permettent de surmonter les impondérables politiques et monétaires. Hapy Agency propose également des formations au développement commercial et à l’interculturalité. 

 

Au-delà des expertises technico-commerciales, Hapy se veut flexible, consensuel et chaleureux ; qualités fortement appréciées sur le continent sud-américain. D’où leur slogan :

 

«Hapy est votre meilleur allié dans ce continent »

 

Et la demande de Keila d’Hapy : « Nous avons aussi besoin de clients qui sont prêts à investir pour développer ce marché »

 

website : www.hapy.agency

 

 

  - Philippe Peyrard nous a présenté Ellcie Healthy : « Les lunettes intelligentes qui veillent sur vous »

 

philippe payrard club des entrepreneurs 281122La startup est portée par une équipe expérimentée et s’est entourée d’experts et laboratoires prestigieux, nationaux et internationaux, dans des domaines complémentaires. Un partenariat avec des organisations reconnues vient légitimer également ce projet.

 

Le croisement de ces compétences a permis des innovations singulières incorporées sur une paire de lunettes de seulement 23 grammes. Le dépôt d’une vingtaine de brevets permet de sécuriser les innovations sur ces lunettes intelligentes proposés pour moins de 500 euros TTC.

 

Outre les nombreuses informations captées (capteurs d’infrarouges, pression atmosphérique, température, accéléromètre et gyroscope, surveillance de la vue…) la dimension sécuritaire est mise en avant comme l’alerte sur l’endormissement, la chute de la personne, les indicateurs toux-température… 

 

Ce concentré de technologie avec une approche disruptive conduit à des perspectives d’ordre économique intéressantes pour les assureurs avec les réductions des risques et des coûts des accidents. C’est également une approche RSE pour les entreprises qui contribue au bien-être et à la fidélisation des salariés. Ces innovations sont de nature à promouvoir également une bonne image de marque. La vision est d’intégrer à terme les fonctionnalités du téléphone portable.

 

En complément d’une présentation très claire, Philippe nous a simulé en direct une chute qui a déclenché une alerte sonore.

 

Website : https://ellcie-healthy.com/

 

 

 - HANOÏ PARIS : La Mode Eco-responsable
 

Virginie Tran soirée Club des entrepreneurs 281122Virginie Tran a présenté ses créations en prêt-à-porter pour femmes Eco-Friendly et chic. HANOÏ PARIS est avant tout un studio de création de mode basé dans le 13 ème arrondissement de Paris. Le savoir-faire artisanal et la création originale sont mis en avant pour cibler le marché français dans un premier temps.

Les critères les plus importants en France lors de l’achat de vêtements sont le prix et la qualité (tous deux 68%), suivis par la coupe (56%). L’impact environnemental d’un produit est important pour 27% des acheteurs français. (Source : Rapport de Mode Européen 2021 de YouGov)

 

Les créations sont réalisées avec des fins de rouleaux de tissus de luxe. Tous les vêtements sont réalisés sur Paris en privilégiant les circuits courts pour réduire l’empreinte carbone et valoriser les acteurs locaux. L’originalité est le choix de la démarche Slow qui consiste à respecter le « temps de la création » en opposition à la Fast-fashion. Ce qui conduit Hanoï-Paris à présenter 5 à 6 nouveaux modèles par an. Ces pièces, qui durent dans le temps, racontant une histoire et font sens.

 

La collection HOA  SEN rend hommage au Vietnam, pays d’origine de Virginie. Elle s'inspire de ses paysages, ses couleurs, et les tenues traditionnelles des femmes vietnamiennes. La collection célèbre le mélange entre les cultures occidentales et asiatiques.

 

Le site web HANOI-PARIS.COM permet de découvrir les multiples créations avec une présentation harmonieuse de plusieurs vêtements.

 

Virginie est à la recherche d’une ou un associé pour promouvoir ses créations et développer le marché français.

 

 

 - Olivier Joffray nous présente AIBIZU : La Cyber protection des processus cœur de métier.

 

Olivier joffray Club des entrepreneurs 281122Quelle problématique guide AIBIZU : la cybersécurité traditionnelle ne répond plus aux attentes des entreprises :

  • Le coût moyen total des failles de sécurité dans le monde est de 4,35 M$.
  • La cybersécurité est classée deuxième difficulté majeure par les DSI.

Cette cybersécurité centrée sur les réseaux montre ses limites structurelles :

  • Elle est difficile à faire évoluer : toutes les évolutions ne sont pas réalisables et celles qui le sont prennent beaucoup de temps.
  • Elle est empirique : il faut qu’il y ait une attaque (échouée ou réussie) pour connaître son degré d’efficacité.
  • Elle nécessite l’intervention d’experts : seuls des experts en cybersécurité et architecture des réseaux informatiques peuvent l’installer et l’opérer. Or on manque d’experts dans ces domaines.
  • Elle est complexe et peu sûre
  • Elle est coûteuse : du fait du manque d’experts et de sa complexité intrinsèque.

Voilà qui met en éveil quand on entreprend dans un environnement complexe.

 

Au travers de son offre VESTA, AIBIZU se positionne sur un marché à fort potentiel en croissance de 14% par an, destiné à croître encore plus rapidement que le marché global de la cybersécurité. Dans l’Union Européenne, les nouvelles exigences réglementaires du ‘Cyber Resilience act’ accélèrent encore plus cette croissance.

 

Le point fort est qu’en investissant dans VESTA, le client économise 20% sur son budget cybersécurité et conformité. Conçue pour s’adapter aux métiers de l’entreprise où qu’elle soit implantée, VESTA protège efficacement des risques de sécurité et de non-conformité. 

 

VESTA délivre des cyberprotections mesurables, plus sûres et démontrables, où que soient implantés les établissements, car VESTA ne dépend pas de l’infrastructure des réseaux

 

Avec VESTA, votre organisation devient sécurisée par conception. Les cyberprotections ne dépendent pas de l’infrastructure des réseaux.

 

 

 

La soirée s’est clôturée autour d’un cocktail offert par la FEAE CNAM. C’est l’occasion de réseauter, d’échanger les cartes de visite pour bonifier votre capital réticulaire et d’approfondir les concepts présentés dans la soirée. Merci à tous pour vos présentations et votre présence qui ont rythmé une excellente soirée.

 

 

 

A vos agendas ; prochaines réunions du Club des Entrepreneurs :  9 février 2023 et 10 mai 2023 au CNAM Paris.

Vos dévoués :  Jean-Marie Estève IDPE et Sylvie Vidal IIMAA

 

 

 


 
Mis à jour le 03/12/2022

Retour sur la soirée Club des entrepreneurs du 15 juin - De la terre ferme aux étoiles        

Il s’agit de la première soirée à Toulouse, à l’initiative de Philippe Baudrand, IDPE, qui s’est emparé du sujet, a permis le lien avec l’INSA et a assuré une intendance de choix. 

 

Si des problèmes techniques ont nui au bon déroulement de l’événement, nous retiendrons l’excellent accueil réservé par les responsables et les techniciens de l’INSA, la qualité des interventions et la pertinence des échanges. Lors de cette soirée singulière, nous avons visé les étoiles mais en gardant les pieds sur terre et nous avons compris ce que signifie le technostress quand la technique fait des siennes. 

 

Les questions-réponses ont animé la soirée et les échanges fournis se sont poursuivis autour d’un cocktail. Après une rapide présentation de l’IIMAA et de l’IDPE, le micro est tendu vers les présentateurs.

 

1    Christophe Escriba Maître de Conférences INSA-TOULOUSE et Chercheur au LAAS-CNRS a d’abord présenté l’INSA qui nous accueille. Les données de cette grande Dame qui fêtera bientôt ses 60 ans sont impressionnantes : un campus de 22 hectares dont 5 réservés à l’enseignement et à la recherche (8 laboratoires). 1000 personnes en activité dans le campus avec 3267 étudiants pour un résultat très honorable : 539 ingénieurs et 43 docteurs diplômés. Nous connaissons la qualité de l’enseignement qui y est dispensé ainsi que son attractivité.

Ensuite, Christophe Escriba est entré dans le dur du sujet, le projet "Smart e-ZEUS": Architecture reprogrammable versatile pour la détection des orages par IA dont l’objectif est de développer un système de détection d’orage adaptable à l’environnement externe et d’en mesurer les impacts pour en informer les sites sensibles comme les centrales nucléaires.

Les principales difficultés à surmonter sont : le signal électrique capté au pied de l’antenne est de l’ordre de quelques centaines de µV.  Il est impératif d’amplifier le signal en maitrisant le rapport signal sur bruit (SNR) et la création d’une signature électrique de la centaine de mV.

La solution électronique développée est explicitée dans le PowerPoint en annexe.

 

2    Hélène Tauzin, consultante RSE. Météo sociétale et environnementale de l’entreprise nous a présenté non sans humour son sujet en s’inspirant de son expérience professionnelle de commandant de bord à Air France. Quelques typologies de nuages pour expliquer les turbulences dans l’entreprise relève d’une pédagogie éprouvée et appréciée.

Les planches en annexe expliquent avec bon nombre d’illustrations la construction d’une démarche RSE et ses bienfaits sur la bonne marche de l’entreprise, du bien-être de ses salariés et du rapport harmonieux avec les parties-prenantes. La mise en évidence de la relation entre le développement durable et la responsabilité sociétale ISO 26000 est démontrée. De plus en plus, il est demandé à l’entreprise de réfléchir à son impact sur l’environnement. A ce titre la norme ISO 26000 apporte un soutien méthodologique pour y répondre et met la bonne gouvernance à la portée de nos dirigeants.

 

3   Florian RUF Project Manager of Gazelle Accelerator from Aerospace Valle. Florian, empêché, s’est proposé de présenter en distanciel. Cependant, la technique a été défaillante. Au regard du grand intérêt de cet accélérateur il nous est paru essentiel d’inviter Florian Ruf à un prochain Club des Entrepreneurs. Toutefois, une brève présentation de l’accélérateur a été assurée par Arnaud Lebeugle co-fondateur de KYTHERIA, startup incubée à Aerospace Valle.

 

4    Arnaud Lebeugle nous a présenté KYTHERA et ses co-fondateurs : Maxime Nouaille Electronique et Logiciel, Guillaume Giraud Logiciel de pilotage, Lucas Soubeyrand Mécatronique & Automatisme et Arnaud Lebeugle Ventes et Gestion. Kythera est une startup incubée à Gazelle Accelerator qui développe des actionneurs intelligents et intégrés pour la robotique et l’automatisme. La phase initiale de conception est bien avancée et la commercialisation a commencé. Dans une approche exploratoire de la réalité du marché, les signaux sont positifs et une levée de fonds est envisagée sous quelques mois.

Nous vous invitons à parcourir les planches en annexe pour prendre la mesure des réalisations pour la maintenance au service de l’industrie.

Le concept est résumé ci-après :

Il est innovant par le design intégré, la nouvelle architecture et les matériaux utilisés. Il est orienté utilisateur par API (Application Programming Interface) simple, par une conception pour novices et par un seul point de contact pour les problématiques de mouvement. Il est responsable parce qu’on replace, qu’on répare, qu’on recycle et qu’on ré-utilise. Il est extensible grâce à son architecture standard, par une nomenclature commune et par une ligne de production commune.

C’est satisfaisant de voir cette expertise distinctive développée sur le territoire répondre à un besoin grandissant au regard du développement de la robotique. C’est du bonus pour la valeur ajoutée nationale.  

 

La soirée s’est clôturée autour d’un cocktail offert par la FEAE CNAM. C’est l’occasion de réseauter, d’échanger les cartes de visite et d’approfondir les concepts présentés dans la soirée.

 

Un grand merci à tous pour vos présentations et votre présence, merci à Philippe Baudrand et à Jean-Marie Estève (IDPE) qui ont permis cet événement, à l’INSA pour son accueil, à la FEAE pour le cocktail, et l’IIMAA pour sa contribution. 

 

A vos agendas ; prochaines réunions du Club des Entrepreneurs : 28 novembre 2022, 9 février 2023 et 11 mai 2023 au CNAM Paris

 

Jean-Marie Estève

 

 


 

 
Mis à jour le 26/06/2022

Retour sur la soirée Club des entrepreneurs du 4 avril - Oser la prévention, quels bénéfices ?              


Au préalable, il nous est agréable de vous faire part du ressenti des auditeurs et pitcheurs : nous avons passé une excellente soirée. Au-delà de la qualité des présentations, les questions-réponses ont animé la soirée et les échanges se sont poursuivis autour d’un cocktail jusqu’à 21 heures, heure de fermeture de la salle.

 

Après une brève introduction sur le déroulé de la réunion par les animateurs, Sylvie Vidal co-présidente de l’IIMAA et Jean-Marie Estève administrateur SIDPE, la parole est donnée aux orateurs.

 

1)    Madame Sylvie Znaty, professeure au CNAM titulaire de la chaire Prévention des risques professionnels et environnementaux a présenté un état des lieux de la prévention et les résultats dans le temps.

 

oser la prévention, quels bénéficesNous avons ainsi pu mesurer le progrès réalisé en quelques décennies avec la présentation claire et surprenante de l’évolution de l’accidentologie au travail.

 

Cependant, Sylvie Znaty a fait remarquer dans l’analyse diachronique sur les accidents du travail que nous sommes sur un plateau qui voit stagner l’amélioration constatée depuis des décennies. Un échange avec la salle a permis de faire prendre conscience et d’expliquer les causes de cette stagnation. Des raisons multifactorielles sont identifiés ; nous retiendrons les risques relatifs aux nouvelles technologies (stress, burnout…). Une évolution sociologique avec le constat d’une tertiarisation des emplois interpelle sur la prévention de ces nouveaux risques souvent insidieux avec des entreprises mal préparées. D’où l’intérêt d’investir sur la prévention face à ces nouvelles problématiques. 

 

Sylvie Znaty a d’ailleurs mis en éveil les jeunes start-uppers car ils seront indéniablement confrontés à ces nouveaux risques ainsi que ceux qui surviendront au cours du temps. L’histoire récente est là pour nous le rappeler.

 

Ce sujet fondamental sur la prévention permet également de prendre conscience de l’enjeu socio-économique au regard des coûts des accidents de travail (46 millions de journées de travail perdues en 2019). Au chiffrage fort onéreux du simple accident avec un arrêt de quelques jours au décès d’un salarié viennent s’ajouter des coûts cachés induits non négligeables tant matériels qu’immatériels (gestion de l’accident, attractivité de l’entreprise, réputation, douleur physique, mal être des salariés…).

 

Il convient de savoir que c’est l’entreprise qui supporte les coûts des accidents du travail. Or, un euro investi dans la prévention rapporte 2,2 euros. Cet impact, évalué financièrement, plus compréhensible par les dirigeants, est de nature à les inciter vers le développement de la prévention.

 

Nous retiendrons de l’exposé de Sylvie Znaty que le cours de l’histoire montre de grands progrès dans la prévention mais qu’il convient ne pas s’endormir sur ces résultats car le risque reste sournois et il évolue au regard des progrès technologiques et des soubresauts politico-économiques.

Restons vigilants et proactifs en matière de prévention.

 

Contact : sylvie.znaty@lecnam.net Titulaire de la chaire prévention des risques professionnels et environnementaux  http://securite-sanitaire.cnam.fr

CNAM, 292 rue Saint-Martin 75141 Paris cedex 03

Présentation ICI

 

 

2)    Monsieur Didier Fillon, formateur expert en entrepreneuriat, a présenté le Pitch du dirigeant.

 

Comment attirer l’attention et les grâces de ses auditeurs ? Qu’est-ce qu’un pitch ? Quelles qualités attend-on d’un pitch ? Quel est son impact sur l’interlocuteur ?

 

Ancré sur ces questions, l’apport méthodologique de Didier Fillon a été fort apprécié par les start-uppeurs présents. Comme disait Nietzche, la méthode c’est la force.

 

Nous retiendrons de cette présentation exemplaire qu’un pitch doit être :

  • Court, clair, compréhensible
  • Authentique, honnête, sincère
  • Dynamique, passionné, motivé
  • Adapté à mon interlocuteur.

Il est particulièrement essentiel de créer un lien immédiat de confiance et de terminer la présentation en proposant de se revoir.

 

Contact : didier Fillon@icloud.com

Présentation ICI

 

3)   Mesdames Amélie et Annaléa Raymond ont présenté une application de rencontre : Chez Q.

chez qLa problématique posée d’emblée est sans appel : 71% des français ne sont pas satisfaits de leur vie sexuelle. D’autres sondages réalisés par différents instituts viennent confirmer ce constat sur des questions connexes.

 

Leur startup incubée à Grenoble arrive en phase de levée de fonds en mai 2022 et de lancement des campagnes marketing, une spéciale été ainsi qu’une spéciale rentrée en septembre 2022.

Le projet est bien avancé et au regard des observations exploratoires elles réfléchissent sur le bon naming pour se différencier et booster leur startup.

 

Une présentation claire, décomplexée, a retenue l’attention des auditeurs et a généré de nombreuses questions tant techniques que sociologiques.

 

L’application affirme son point singulier avec sa valeur dans le dating créé pour l’épanouissement sexuel de toutes les femmes dans leurs rencontres et gérées par elles-mêmes.

 

Le lien sur la prévention est fait avec l’intervention de la professeure Sylvie Znaty : à nouvelles applications, nouveaux risques, notamment juridiques qu’il convient d’évaluer et de se prémunir.

 

Contact : amelieraymondpro@gmail.com

Présentation ICI

 

 

4)   Le projet « Fontène » vient clore les présentations.

fontèneCette initiative est portée par un trio : Augustin 21 ans, l’artiste ; Jules 22 ans, le banquier et Léopold 22 ans, le cerveau.

 

La problématique est posée sur le constat du quasi-monopole de la bière en terrasse pour les moments conviviaux. Alors quelle alternative offrir à une communauté branchée ?

 

La proposition est un cocktail préparé en amont pour éliminer le temps « complexe » de préparation au bar avec le risque d’approximations en se différenciant tant sur le goût que sur la couleur.

 

Le service est simplifié comme celui de la bière en offrant un cocktail à la pression. D’où, une fluidité appréciée par les limonadiers. Time is money.

 

Cette innovation avec le goût du fruité et le chic de la couleur rose semble une alternative bien accueillie par les premières approches du marché. 

 

Le business model est simple, clair et le slogan accrocheur :

« Il y a ceux qui la lisent et ceux qui préfèrent la boire…. Bienvenus parmi les gens de la, Fontène »

 

Contact : leopold.diego@icloud.com

Présentation ICI

 

La soirée s’est clôturée autour d’un buffet offert par la FEAE (fédération des associations des élèves et anciens élèves du CNAM) où fusaient les conseils, remarques, perspectives entrepreneuriales…

Souhaitons à cette communauté entrepreneuriale forte de ses projets et de ses convictions un bel avenir.

Merci à tous pour vos présentations et votre présence.

 

Sylvie Vidal  IIMAA      Jean-Marie Estève  SIDPE

 

NB : prochaine réunion du Club des Entrepreneurs le 15 juin 2022 à 18h30 à l’INSA de Toulouse

 

Pour en savoir plus sur le Club des entrepreneurs

 

Oser la prévention quels bénéfices 1chez q 1fontène 1

 


 

 
Mis à jour le 26/06/2022

Cérémonie de remise des diplômes          

​​Ce vendredi 11 mars 2022 a eu lieu la traditionnelle cérémonie

de remise des diplômes

EPN Stratégies 

 

Retrouvez les meilleurs moments de cet événement

ICI

 

photo1 remise des diplômephoto2 remise des diplômesphoto 9 remise des diplômesphoto4 remise des diplômes photo3 remise des diplômesphoto 6 remise des diplômes

photo8 remise des diplômesphoto 5 remise des diplômes

 


 

 
Mis à jour le 15/03/2022

Retour sur la soirée du 26 janvier - Entreprendre en temps de crise      

La soirée organisée en distanciel a été animée par Sylvie Vidal, coprésidente de l’IIMAA, et Jean-Marie Estève, IDPE. Après un mot d’accueil et la présentation des intervenants, nous avons invité Mohamed Bayad, Professeur des Universités au CNAM, à conférer sur le sujet :

 

« Entreprendre en Temps de Crise »

 

Le mot ancien de κρίσις ( krisis) désigne à la fois la "crise" et la "décision". Vivre la crise, souffrir de la crise, c'est donc apprendre à décider, se voir dans l'obligation de le faire.

 

Une analyse approfondie a été présentée sur l’impact du COVID notamment sur le stress, les stratégies d'adaptation et les choix faits par les entrepreneurs. Ce passage de la stabilité à l'instabilité et de la certitude à l'incertitude, le fil rouge de son propos, permet de comprendre l'intérêt croissant des responsables à trouver des réponses au défi des crises. 

 

Tout entrepreneur vit trois difficultés stratégiques majeures d’adaptation dans la dynamique de crise. Elles tiennent en trois mots :

  • Déferlement,
  • Dérèglement
  • Rupture.

Alors, comment résister et relever les défis pour continuer à entreprendre en temps de crise ?

 

En réponse, un ancrage historique fort singulier de l'entrepreneuriat nous a été proposé : d'Homère en passant par Thucydide, Plutarque, Schumpeter et boucler sur un résistant emblématique contemporain, Edgard Morin. "On devine en Plutarque un entrepreneur schumpétérien qui nous propose une combinaison biographique unique pour lire le monde, une véritable création de valeur nouvelle pour le lecteur d'aujourd’hui. Plutarque nous rappelle que la justice, la sociabilité, le courage et la tempérance demeurent des valeurs fondamentales pour surmonter les affres d’une société moderne en profonde mutation, pour ne pas dire en crise : appartiendra-t-il aux entrepreneurs institutionnels du 21ème siècle de ressusciter l'admiration de l’aimable et sage Plutarque?". M. Bayad, Plutarque : un conteur de « Vies » d'entrepreneurs*.

 

Nous retiendrons le message principal de sa conférence auprès des entrepreneurs : RESITER.

 

Premier pitch par Eric Lesieur et Didier Salwa de CIIB

CIIB est une société spécialisée dans le développement des fonds propres grâce à l'actionnariat individuel et dans la fluidification du capital social (mise en place des mini bourses) pour les TPE et PME cotées ou non cotées. 

 

CIIB propose un système favorisant le "financement circulaire" sur le territoire. La "finance circulaire" consiste à orienter l'épargne locale des ménages disponible non plus sur des assurances vie, livret A, fonds d'investissement ou autres, mais aussi sur les entreprises locales. Il s'agit d’une réponse pertinente pour capter les ressources de proximité afin de libérer le potentiel des PME. Un cheminement en cinq points est proposé par CIIB :

  • 1. Analyser et conseiller quel montant l'entreprise peut demander et trouver,
  • 2. Mettre en place sur le site des entreprises concernées d’un logiciel « le Carnet d’annonces »  qui permet d'acheter de gré à gré les actions et de les revendre, comme sur le site d’Euronext,
  • 3. Réaliser les augmentations en capital sur le propre site de ces entreprises,
  • 4. Accompagner post-marché pour créer un compte titre pour les acheteurs et veiller au bon déroulement du paiement des actions vendues, aux vendeurs,
  • 5. Former, notamment aux règles et usages de ventes d'actions entre particuliers et du code du commerce.

Le PowerPoint détaille les différentes solutions proposées et leur site web https://www.ciib.fr vient compléter les informations via une newsletter.

 

Deuxième pitch par Cyril Lamoureux : Time for the Planet

La question est posée d’emblée :

 

Comment agir à grande échelle contre le dérèglement climatique en tant que simple citoyen ? 

 

Time for the Planet propose une action collective à l’échelle mondiale contre le dérèglement climatique en s’appuyant sur une entreprise commerciale à but non lucratif, alliée à un large mouvement citoyen. Chaque actionnaire est investi d’une mission qui dépasse de loin l’aspect financier : faire connaître Time for the Planet partout.

 

Pour cela, il est donc proposé à tous les associés de Partager, d’Investir et d’Agir. C’est seulement à cette condition que le mouvement peut avoir un impact mondial. La transition écologique demande des millions d'initiatives dans tous les secteurs et tous les domaines. Le problème est systémique et il n’existe donc pas une solution unique. Mais le changement passera en grande partie par une transformation radicale des moyens de productions et de consommation.

 

La mission clé que poursuit Time for the Planet est la création d’entreprise ayant pour but unique la réduction des Gaz à Effet de Serre (GES). Grâce à un mouvement citoyen, apolitique et entièrement dédié à la lutte contre le dérèglement climatique, Time for the Planet détecte et sélectionne les innovations. Ensuite, elle met en place et finance les entreprises qui pourront développer ces innovations à grande échelle.

 

Son ambition : lever 1 milliard d’euros pour créer 100 entreprises dédiées à la réduction des GES. 

 

Actuellement Time for the Planet compte plus de 40 000 actionnaires dont plus de 4000 évaluateurs d’innovations et a recueilli plus de 8 millions d’euros. Vous trouverez toutes les informations sur leur site web : https://www.time-planet.com/fr.

 

Troisième pitch : par Caroline Vallerey et Karl Collette, Green e-Gestion

Caroline et Karl nous ont présenté leurs parcours et le produit qu’ils ont créé :

"Nous sommes alumnis de PEPITE (organisme pour pousser les étudiants à entreprendre). Lors de nos années chez PEPITE, nous avons eu des coachs qui nous ont accompagnés sur le projet. Green e-Gestion est un logiciel de facturation éco-conçu qui permet de :

  • Stocker les données de ses clients, 
  • Stocker les données de ses produits et services en vente,
  • Établir ses devis et factures,
  • Les envoyer directement à ses clients en quelques clics, 
  • De relancer ses factures impayées automatiquement.

Green e-Gestionhttps://www.green-egestion.fr, est éco-conçu pour facturer responsable en émettant moins de CO2 à chaque chargement de page. Pour cela, nous avons :

  • Épuré le codage de notre solution, 
  • Compressé les images, 
  • Réduit le nombre de requêtes etc.

Pour tout ce que nous ne pouvons pas compresser davantage, nous les compensons en replantant des arbres à travers une association (en reversant un % de nos abonnements). Notre cible est donc les entrepreneurs engagés, ceux qui ont dans leur activité un désir d’avoir un impact positif sur la planète, ou ceux qui vendent des produits bio, des conseils dans la RSE, etc. Cet aspect éco-responsable est notre avantage concurrentiel.

 

Nous avons créé l’entreprise mi février 2021. Nous avons eu des beta testeurs quelques mois afin d’améliorer et corriger la plateforme. Nous avons 3 offres qui sont détaillées sur notre site web :

  • Freemium (gratuite avec des limitations sur la plateforme),
  • Pro facture, (toutes les fonctionnalités de l’outil sans les relances),
  • Pro relance avec les relances clients.

Face aux difficultés de prospection dans une période singulière, nous sommes actuellement en questionnement soit pour poursuivre l’activité, soit pour prendre du recul, soit pour céder notre société et notre invention. Aussi, nous sommes preneurs de toutes idées et propositions."

 

Merci aux conférenciers pour la richesse de leur présentation. 

 

À très bientôt pour la prochaine soirée prévue le 4 avril. Si vous êtes porteur de projet, n’hésitez pas à venir pitcher ! 

 

Jean-Marie Estève

 

*Mohamed Bayad, "Plutarque : un conteur de « Vies » d'entrepreneurs" in Fabien De GEUSER & Alain Max GUÉNETTE (dir.), Littérature et management - Le management à la lorgnette littéraire ou la littérature au prisme du management ? Entrecroisements synesthésiques, Paris 2021, pp 3-19.

 

 


 

 
Mis à jour le 06/02/2022

Voir tout